Vous êtes ici >> Accueil/Les Dossiers/Autour de Jean Jaurès/Etudes jaurésiennes/Jaurès et les patrons (suite)

Jaurès et les patrons (suite)

27/04/2009 - Lu 3149 fois
Gilles Candar
En réponse à une interview d'Olivier Dassault, la Fondation Jean Jaurès a publié sa note n° 12, 21 avril 2009 : Jaurès et Olivier Dassault, par Gilles Candar.

Présentation de l'éditeur :

Vanité des vanités… tout est vanité », dit l’Ecclésiaste, « sagesse et science ne sont que poursuite du vent »… C’est sans doute ce qu’il faut se dire après avoir lu les consternants propos tenus par Olivier Dassault sur Jean Jaurès et les patrons1. Il est bien sûr évident que Jean Jaurès n’a jamais dit que « la classe dirigeante est une classe courageuse et qu’il faut lui donner une rémunération incitative et liée aux conditions de performance », ne serait-ce que parce que notre orateur philosophe usait d’une meilleure langue et qu’il ne jargonnait pas ainsi ! On devine l’inspiration du député UMP de l’Oise : ce faux patronal, élaboré voici une quarantaine d’années dans des milieux patronaux, vraisemblablement dans l’entourage de Gustave Deleau, responsable de la CGPME et futur parlementaire européen RPR (1979-1984)2. Ce faux a maintes fois été signalé, dans la presse ou sur internet, mais légendes, rumeurs et mensonges ont la vie dure.

Téléchargez la note Jaurès et Olivier Dassault au format PDF